Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 15:28

Mon petit miracle,

C'est comme ça que je l'appelle,

C'est comme ça que je le regardes,

 

Chaque instant, je m'extasie devant lui, devant ce petit être qui a grandi en moi.

Ca parait incroyable que ce petit embryon transféré il y a un an, soit devenu un si magnifique bébé.

Je n'y croyais tellement plus à ce miracle, que j'en restes encore bouche bée.

Tous les jours, j'ai l'impression de vivre un rêve éveillé.

Bien sûr tout n'est pas toujours rose, la fatigue se fait sentir, les 3 premiers mois sont juste ....pffff.... comment dire.... je n'ai pas de mots pour décrire la fatigue et le sentiment d'impuissance que l'on ressent au début.

Alors heureusement , et ce n'est pas un mythe , vers 3 mois, ça va beaucoup mieux. Bébé ne se réveille plus dès qu'on le pose dans son lit. Il ne réclame plus le sein toutes les 3 minutes (merci le passage au biberon soit dit en passant!)

Bref c'était pas l'objet initial de mon post.

En fait je voulais décrire cette fascination que j'ai pour mon bébé.

Et ce que je remarque le plus, c'est que je reste envieuse et agassée de ces annonces de grossesse de nos proches qui sont tombées enceintes en C1, C2 ou C3. Bien sûr je suis ravie pour eux. Et ma nouvelle parentalité atténue largement l'amertume que l'on peut ressentir en tant que PMette. Mais ce qui est sûr c'est que l'on reste et restera éternellement PMette.

En fait, j'ai presque l'impression que malgré leur joie, ces personnes ne connaissent pas leur bonheur. Ils ne le connaissent pas comme je le connait.

Ils ne peuvent pas ressentir cette fascination que je ressent pour mon petit miracle. Ils aimeront leur enfant plus que tout au monde, sans doute autant que j'aime le mien. Mais ils n'auront pas cette fascination.

Finalement, certes le parcours PMA n'est pas une réjouissance en soi, si on peut se l'éviter , tant mieux. Mais j'ai vraiment l'impression que cela nous rends la victoire encore plus belle.

Avec la PMA notre bébé représente en soi une victoire. La plus belle des victoires.

Je me trompe peut être, mais je crois vraiment que ces couples hyperfertiles, ne regarderont pas leur bébé, jour après jour, avec les larmes aux yeux. Ils ne remercieront pas les dieux de la PMA de leur avoir permis d'avoir un si beau cadeau. Ils ne deviendront pas croyant si ne l'était pas tellement. Ils ne remercieront pas le ciel, le seigneur pour ce merveilleux don alors qu'à la base ils n'étaient pas particulièrement croyants.

Published by rose
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 13:21

Je m'étais jurée de ne pas fermer ce blog avant d'avoir une bonne nouvelle à annoncer.

Car oui , j'étais déterminée , il y aurait une bonne nouvelle à annoncer un jour, il ne pouvait pas en être autrement.

En fait un jour on écrit parce qu'on a la rage de pas réussir à tomber enceinte. On a un blog dégouloir. On a besoin de se défouler.

On y trouve du réconfort, des conseils, du soutien.

Puis on raconte nos aventures et nos mésaventures. (je sens déjà celles que je vais saouler, et qui vont se rendre dircetement à la fin de l'article pour voir si y'a une réponse).

Et puis un jour la plume se tarit.

A force de prendre des claques , on devient blasé, on sait plus quoi dire. Les ttt deviennent monotones. Les baffes aussi.

Mais on persévère (faut croire qu'on aime ça, les claques!!!!).

Et puis un jour on a un +++ auquel on ne croyait plus.

S'en suit un petit coeur qui bat...

Puis du sang , du sang à n'en plus finir. Et aussi une tristesse infini.

Mais s'en suit aussi la volonté encore plus fort de se battre , parce qu'accroche il y a eu.

Alors j'ai fait ma 6ème fiv, la der des der. Petite productrice que je suis , j'ai eu , encore une fois un seul et unique embryon transférable, et ce fut le bon.

Et aujourd'hui cet embryon dort sur mes genous en ce moment même.

Je le regarde et j'ai toujours besoin de me pincer. Mon petit miracle est là, je n'en revient toujours pas. J'ai beau changer des tonnes de couches, je n'en revient toujours pas. Faut croire qu'on s'habitue à la galère.

Alors si je devais résumer mon parcours, ça donne

-10 anesthésies générales

-dont 2 coelioscopies

-1 trompe en moins

-6 fiv dont 2 sans transfert

-6 embryons transférés en tout et pour tout

-4 centres PMA dont mes pieds on foulés le sol

- des prises de contact en vue d'un don d'ovocyte

-2 grossesses débutées

-1 grossesse achevées

-quelques rencontres magiques

 

Tout ça pour vous dire quoi?

Ben que le désespoir ça me connait. Que les claques , ça me connait.

Que l'envie de tout foutre en l'air ça me connait.

Mais que l'acharnement aussi , ça me connait.

 

Et avec DN, faut s'acharner. J'dis pas que ça marche à tout les coups (oh ça , non malheureusement).

Mais voilà, faut aller jusqu'au bout du bout du bout de ce qu'il est possible de faire.

 

Je sais pas si après autant d'absence, quelqu'un lit encore mon blog, mais j'espère qu'à tout hasard, ça puisse rebooster une consoeur PMette égarée içi, ou donner des nouvelles à toutes celles qui se demandait ce que j'étais devenue.

Je finirai par une énorme pensée pour mes copines de galère. Celles qui ont commencé en même temps que moi, et qui sont malheureusement encore sur le quai en train de se battre. J'aimerai tellement que , comme moi , vous soyez en train de vous pincer pour être sûre que vous ne rêvez pas et que votre rêve est bien devenu réalité. Si vous saviez comme je vous souhaite tout le bonheur possible.

NB: pour celles intéressées, revenez içi, je devrait publier encore, j'ai encore des trucs à dire

Published by rose
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 14:56

L’adoption c’est long, très long.

Souvent c’est à l’issue d’un parcours PMA qui a été long, bien trop long.

Les années se sont écoulées et vous vous retrouvez dans les dédales de l’adoption.

Vous connaissez la route, mais vous savez qu’elle est sinueuse et tortueuse et vous savez même pas combien de temps vous mettrez pour arriver à votre destination, et si même vous y arriverez.

Les gens vous disent que vous êtes courageuse.

Mais non, vous êtes pas courageuse, vous avez pas le choix.

Dans la vie il faut avancer , que ce soit sur une route ou bien une autre.

 

Alors une fois que vous avez pris cette route y’aura pleins d’obstacle qui se mettront sur votre route.

C’est pas pour rien qu’on surnomme cela « le parcours du combattant ».

 

L’apparentement obtenu le stress ne diminue pas.

Il faut faire avec la lenteur relative de la procédure.

Il faut imaginer l’enfant grandir loin de vous tout en continuant à lui faire une place dans votre cœur.

Il faut faire une croix sur votre rêve de poussette, de biberons, et de body tout neufs.

Il faut se dire que la procédure peut ne pas aboutir (vice de procédure, rétractation des proches, décès de l’enfant, etc) tout en continuant à garder une place pour l’enfant dans votre cœur.

Il faut faire avec cette éventualité et avec celle de devoir tout recommencer si ça échoue et de devoir obtenir un nouvel apparentement en réussissant à faire une place dans votre cœur et en ayant pas trop le cœur brisé  par ce 1er échec.

Il faut réussir à vivre la procédure sereinement en mettant un peu la pression aux personnes en charge du dossier sans leur mettre non plus trop la pression.

 

Il faut réussir à aimer cette enfant, être prêt à l’accueillir  au sein de son foyer a 400% sans pour autant sur-investir cette procédure longue et hasardeuse.

Et c’est loin d’être simple de se préparer à accueillir cet enfant car plus on s’investit plus on prends le risque d’un échec.

 

Mais vivre c’est aussi prendre des risques et notamment celui d’échouer.

Published by rose
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 14:55

Et à coté de tout ça, y’a toujours le vide… Le vide de votre ventre, le vide la chambre d’enfant/d’ami, le vide de votre parentalité.

Et vous devez continuer à avancer , au bord du vide, en sachant que ce vide est là et qu’il risque de vous engloutir.

Et si il vous engloutit vous ne savez pas dans quel état vous en ressortirez.

Et des fois quand vous avez le vertige et que vous craignez de tomber dans ce vide à jamais, vous faites des crises. Des crises de nerfs, des crises de pleurs, des crises de colère, des crises de jalousies.

Et vous ruinez encore plus votre vie. Vous ruinez votre vie de couple. Monsieur ne comprend pas pourquoi vous en faites une fatalité. Et vous,  vous comprenez pas que monsieur lui ne soit pas en pleurs à chaque échec ou mauvaise nouvelle.

Vous ruinez vos amitiés, parce que vous ne supportez plus de voir des photos d’échographie sur tête de bouc, vous ne supportez plus de féliciter tous les mois vos proches pour les nouvelles naissances, vous ne supportez plus personne.

Au final vous ne vous supportez plus vous-même.

 

Bon en même temps, qui a dit que ce vide allait vous engloutir ?

Qui a dit que vous n’en ressortirez pas indemne ?

Personne n’a dit que ce vide était insurmontable.

C’est pas parce que ça ressemble à un puit sans fond, que vous vous y perdrez.

Peut être qu’au fond du puit il y a tout un autre monde à explorer (un peu à la façon arthur et les minimoys).

Published by rose
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 14:50

Au cours d’une procédure d’adoption on passe par 10 000 étapes.

Au début on veut adopter parce que l’on veut réunir 2 besoins : le notre, c’est à dire le besoin de fonder une famille. Et le besoin d’un enfant d’avoir un foyer stable, des parents chaleureux et pleins d’amour, etc

Puis petit à petit,  on (la société, les services sociaux, etc) nous ramènent à la réalité : nous les parents nous n’avons pas un « droit » à l’enfant. Les procédures d’adoption se placent avant tout du point de vue de l’enfant : il faut trouver un parent à des enfants.

Ca parait tout con dis comme ça.

Mais dans le fond ça remue.

Bien sûr qu’il faut trouver des parents à une enfant , mais vous avec votre besoin viscéral de fonder une famille, vous vous trouvez confronter à un vide potentiel, celui de ne jamais se voir confié d’enfant, celui de ne jamais fonder de famille.

Et ce vide il faut l’affronter , le regarder en face.

 

Après ça, vous vous dites « OK, je n’aurai jamais d’enfant…. Enfin peut être »

Mais à chaque étape , vous devez prouver à quel point vous voulez un enfant, et à quel point vous saurez « bien l’accueillir ».  Car vouloir un enfant, tout le monde veux bien vous croire.

Mais vouloir un enfant ne fait pas nécessairement de vous des bons parents.

Alors vous vous mettez à réfléchir sur la manière dont vous pourrez être de bons parents, et sur la manière dont vous pourrez le prouver.

Vous en voulez à la terre entière, car la terre entière , elle n’a pas eu à prouver si elle serait une bonne mère.

Puis viens le tour des OAA auprès desquels vous postulez.

Et là, vous devez plus que prouver que vous serez de bons parents, mais vous devez prouver que vous serez de meilleurs parents que les autres (he bien oui parce que le nombre de places sont limitées, et qu’il y a concurrence entre « bons parents postulants »)

Bien sûr au milieu de tout cela il faut rester soi même. Car si vous essayer à tout prix de faire bonne figure, ne vous leurrez pas,  vous ne tromperez personne.

 

Alors non, c’est clair, faut bien vous dire un truc, vous n’avez pas de droit à l’enfant. Et ça, ça fait mal.

Mais c’est la vérité.

Et vous comprenez pas au début pourquoi ?

 

Eh bien peut être parce que la misère ne crée pas l’adoptabilité. Parce qu’un enfant qui mange qu’un repas pas jour grâce au dur labeur de ses parents n’est pas adoptable.

Parce qu’on s’illusionne d’images d’épinal où l’on voit des enfants malnutris à la télé, et où l’on s’imagine qu’il serait bien mieux chez nous. Mais ces enfants ont un papa ou une maman, voir les 2, ou des frères et sœurs, des grands parents et des oncles et tantes.

Ces enfants ont une famille.

Il ne faut pas confondre humanitaire et adoption.

Parce qu’on s’illusionne à croire qu’il y a pleins de bébés orphelins qui attendent sagement des parents dans un orphelinat.

Or les parents décèdent quelques fois , mais ils laissent derrière eux des enfants de tout âge , rarement des nourissons, et plus souvent des enfants de 2 à 10 ans, voir plus.

Parce qu’au dela du besoin d’enfant que l’on peut avoir en tant qu’adoptant , il faut aussi se demander si l’arrachement de l’enfant à son milieu d’origine ne lui fera pas plus de mal que de bien.

Published by rose
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 14:49

Quel est ma raison d’être ?

C’est là que je boegue et que ma plume s’arrête.

C’est symptomatique.

Y’a sérieusement un truc à creuser….

Faudra que j'y revienne plus tard

Published by rose
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 14:48

J’aime pas faire ça.

J’aime pas regarder le malheur chez les autres pour relativiser ma vie.

J’aime pas , parce que je suis pas sûre que les gens dans le malheur apprécieraient que je les prennent en référence pour relativiser ma chance.

J’aime pas parce que faut avoir de la pitié pour faire ça. Et les gens dans le malheur ne veulent surtout pas de notre pitié.

 

Mais souvent les gens qui se plaignent le plus ne sont pas ceux qui souffrent le plus.

Je suis souvent très admirative de ces personnes que j’ai croisé le long de ma route qui continuent d’avancer sans se morfondre tous les jours et qui pourtant doivent se battre ou on du se battre contre des choses terribles.

 

Bon je suis pas du genre à me plaindre ouvertement en permanence.

Et je suis sure que si on demandait pas exemple à mes collègues ils ne diraient pas que je suis quelqu’un qui me plaint.

Mais quand je vis mal un truc, je ne me plaint pas, mais je me renferme comme une huitre, je déteste le monde entier et j’ai un peu ( !!!!)  mauvais caractère.

Alors faut que je relativises et que je me foute des claques à chaque fois que je commence à faire mon huitre.

Published by rose
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 14:47

Faire une liste de tout ce qui va bien dans sa vie

Faire une liste de tout ce qui va pas, mais sur lesquels on peut faire quelque chose. Et faire quelque chose plutôt que de laisser les choses trainer

Relativiser

Published by rose
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 14:46

1°) Supprimer de mon reader tous les blogs gnangnans

2°) Regarder le verre à moitié plein.

3°) Prendre du recul sur sa vie et trouver ma raison d’être

4°) surveiller mon alimentation pour éviter de continuer à grossir encore et encore et éviter ainsi de me plaire de moins en moins

Published by rose
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 14:39

Pourquoi je me plains tout le temps ?

Parce que j’arrive pas à prendre du recul sur moi-même

J’arrive pas à me rendre compte de la chance que j’ai alors que pourtant j’ai plein de choses positives dans ma vie.

Parce que je regardes que le verre à moitié vide et pas le verre à moitié plein.

 

Pourquoi j’ai toujours lu les blogs comme une acharnée comme si j’allais y trouver une réponse au pourquoi du comment de mon infertilité ?

Comme si j’allais y trouver un espoir ?

Perdre mon temps sur des blogs me servira t-il à quelque chose ?

Ce sont pas les blogs des autres qui me rendront enceinte.

Ce n’est pas mon blog qui me rendra enceinte.

Voir des +++ à longueur de temps sur des blogs accentue ce sentiment d’être une vraie looseuse.

 

Pourquoi je continues de lire tous les blogs comme une acharnée alors que j’ai l’impression que les ¾ sont montées dans le train ? Alors que j’arrive même plus à commenter celles qui sont montées dans le train ? Alors que j’arrive même plus à commenter celles qui ne sont pas montées dans le train ?

-Celles qui sont montées dans le train, pour les 90% je trouve qu’elles sont devenues tellement gnangnan.

Elles disent qu’elles n’ont pas oublié ce que c’était que la PMA.

Peut être mais certaines d’entre elles savent même pas ce qu’est une ponction blanche. Ou une fausse couche.

Toutes ont connu la souffrance de l’infertilité.

Et la souffrance ça ne s’évalue pas , ça ne se compare pas.

Mais ouais c’est moche , ben je suis jalouse c’est tout, parce que moi je suis encore sur le quai, et que j’ai même pas la chance de couver des embryons parce que j’ai des embryons trop pourris.

Parce que je suis jalouse que les centre PMA débordent d’embryons surnuméraires  parce que pour certains même en PMA la réussite est plus facile que pour d’autres et qu’ils ont tellement d’embryons qu’ils ne savent pas quoi en faire.

Parce que le jour où j’aurai un TEC ce sera le summum de la réussite de ma vie de PMette.

Et parce que pour le moment je dois seulement me concentré à essayer d’obtenir une FIV avec transfert d’un embryon pas trop moche .

Ouais je sais la jalousie c'est moche.

Et heureusement que tous les blogs de mamans ne sont pas gnangnans

-Y’en a qui passent leur temps à geindre et elles sont juste horribles à lire

-Je me demande bien aussi où sont les 80% de filles qui quittent la PMA sans bébé, parce que dans tous les blogs que je lis j’ai juste l’impression que les ¾ y arrivent et je me sens encore plus seule et conne de pas arriver à faire ce bébé

- Et y’a les looseuses, que j’arrive même pas à réconforter parce que j’ai tellement plus d’espoir pour moi que j’arrive même pas à en avoir pour les autres.

 

Pourquoi j’y pense tout le temps ?

Et bien peut être pour toutes les raisons évoquées plus haut.

Published by rose
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de rose
  • : Un papa, une maman Rose, pleins de possibilités!
  • Contact

Profil

  • rose

Mon parcours

1999: notre rencontre

Janvier 2008: projet d'arrêt pilule discuté avec le gygy==>Petit vaccin de rappel pour rubéole
Gygy me laisse avec une ordonnance d'acide folique et me dit de revenir la voir quand je serait enceinte!

Mai 2008: arrêt pilule

Septembre 2009: 1ère visite avec gygy pour non grossesse


Automne /Hiver 2009: 3 courbes de température. Moi PDS quelques irrégularités. Lui Spermo OK

Mars 2010: Stim simple n°1sans suivi: - -

Avril 2010: Stim simple n°2 sans suivi: - -

Avril/Mai 2010: Stim simple n° 3 sans suivi:- -

 

Mai 2010: RDV gygy. Programmation d'examens, stims simple et transfert vers PMA

 

12 Juin 2010: reprise de la stim simple==> Stim simple n°4 sans suivi: - - 

14 juin 2010: 1er RDV gygy PMA

 

18 juin 2010: Echo OK, hystéro bof===>Trompe droite bouchée

 

4 octobre 2010: Coelioscopie. Réparation "partielle" des trompes

 

Oct/Nov 2010: Stim simple avec suivi n°1 (Gonal F+Ovitrelle): - - -

Test de huhner négatif

 

Nov/Dec 2010: Stim simple avec suivi n°2 (Gonal F+ Ovitrelle) : - - -

Trompe droite HS

Test de huhner positif-moyen-bof

 

Janvier 2011: IAC1: - - - + infection trompe

 

Mars 2011: IAC 2: annulée

 

Avril 2011: Coelio n°2. Ablation  d'une trompe

 

Juillet 2011. FIV1:  2 embryons transférés. Négatif

 

Décembre 2011. FIV 2. 2 embryons transférés. Négatif

Mais: agreement obtenu!!!! Super!

 

Avril 2012: FIV 3 Alpha. 0 ovocyte mature ponctionné

==>Pas d'embryons, pas de transfert!

 

A venir: Adoption et FIV3 Bis et changement de centre PMA 

Recherche

Texte Libre

La PMA en humour ou en BD:

 

999 raisons de rire sur l'infertilité